L’honneur des universitaires: un concept médiéval désuet? Réflexions sur les origines historiques d’un imaginaire social

05.03.2018

Antoine Destemberg

Université d’Artois

Le lundi 5 mars 2018 de 14 à 16h
Attention changement de local: UB4.132
Campus du Solbosch

Inscription souhaitée

Abstract

Interroger aujourd’hui la notion médiévale d’honneur ne se résume pas à livrer quelques considérations morales désuètes, mais s’apparente bien davantage à une tentative d’élaborer une phénoménologie de l’un des principes fondateurs du système d’organisation de la société médiévale occidentale. À la fin du Moyen Âge, la notion d’honneur s’avère en effet fondatrice du lien social et prend valeur de justification pour des institutions ou des groupes qui cherchent à s’affirmer dans le paysage social et politique. Le cas des universitaires est de ce point de vue paradigmatique car il concerne à la fois un groupe social nouveau – dont la genèse intervient au tournant du XIIe et du XIIIe siècle – et des individus possédant les outils intellectuels de leur autopromotion. Un tel sujet revêt en outre une double actualité. L’une, épistémologique, renvoie aux évolutions récentes de la sociologie de la reconnaissance et de la sociologie pragmatique qui analysent les phénomènes sociaux actuels en termes de lutte pour la reconnaissance, la renommée ou la fierté, prêtent davantage attention aux ressorts de la subjectivité et n’excluent plus de leur vocabulaire la notion d’honneur jusqu’alors déconsidérée. L’autre, politique et culturelle, fait écho à la crise d’identité que semble actuellement connaître – notamment en Europe – le monde universitaire, confronté à des exigences sociales et politiques qui fragilisent ses principes fondateurs. Autonomies intellectuelle et institutionnelle, maîtrise de son recrutement, reconnaissance sociale du mérite académique : autant de thèmes qui contribuèrent à forger l’imaginaire social des universitaires dès le Moyen Âge.

Biography

Agrégé et docteur en histoire de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Antoine Destemberg est maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’Université d’Artois, chercheur au Centre de Recherche et d’Études - Histoire et Sociétés (Arras), chercheur associé au Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (Université Paris 1 / CNRS) et membre du comité de rédaction de la Revue historique. Sa thèse de doctorat publiée sous le titre L’honneur des universitaires au Moyen Âge. Étude d’imaginaire social (Paris, Puf, 2015) a obtenu le 14e Prix Le Monde de la recherche universitaire ainsi que le Prix Lantier de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Paris). Ses recherches portent sur les écoles et les universités médiévales, les mécanismes de l’acculturation savante et la pensée sociale à la fin du Moyen Âge. Il a récemment publié un Atlas de la France médiévale. Hommes, pouvoirs et espaces, du Ve au XVe siècle (Paris, Autrement, 2017). 

Antoine Destemberg
Antoine Destemberg